Vous pouvez aussi cliquer sur le Hérisson
 
Communiqué de Presse OGM et PAC
 
 

lundi 17 mars 2008

 

 

OGM MON 810 : audience de référé à 10h au Conseil d’Etat

 

 

Aujourd’hui à 10h, a lieu au Conseil d’Etat, l’audience de référé au cours de laquelle Monsanto tentera d’obtenir la suspension en urgence de l’interdiction de cultiver le maïs transgénique MON 810, prononcée le 7 février dernier par le Ministre de l’Agriculture. La fédération France Nature Environnement sera présente à l’audience pour défendre la « clause de sauvegarde ».

 

Pas moins de 9 requêtes, dont celles de Monsanto et de l’Association générale des producteurs de maïs ont été déposées devant la plus Haute juridiction française pour demander le droit de cultiver du MON 810 en 2008.

 

FNE a décidé d’intervenir dans cette procédure. Rappelons que FNE avait siégé au sein du Groupe de travail du Grenelle sur les OGM puis au sein du Comité d’experts, dont l’avis rendu le 9 janvier 2008 a motivé l’arrêté ministériel d’interdiction dit « clause de sauvegarde » qui est aujourd’hui attaqué devant le Conseil d’Etat.

 

Pour Lylian Le Goff : « N’est-il pas incroyable que des représentants de la profession agricole se battent jusque devant le Conseil d’Etat pour défendre un OGM dont l’écrasante majorité des agriculteurs et des consommateurs ne veut pas ? Pour FNE, le principe de précaution et le Grenelle de l’environnement imposaient au Ministre de l’Agriculture d’interdire la culture du MON 810 dont le risque est inacceptable. Soulignons que la Commission européenne a déclaré recevable et a accepté d’instruire la décision française en sollicitant de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire une nouvelle expertise du risque ».

 

Arnaud Gossement, qui représentera FNE lors de l’audience, ajoute : « L’interdiction de mise en culture du 7 février 2008 dérange les marchands d’OGM pour trois raisons. Primo : le Ministre de l’Agriculture a appliqué le principe de précaution, de tous temps combattu par le lobby scientiste. Deuxio : cette interdiction fait suite au Grenelle de l’environnement. Or, les firmes OGM ont toujours milité contre la concertation et pour la politique du fait accompli. Tertio : cette interdiction ruine l’argument de propagande selon lequel les OGM sont une technique de sélection des semences comme une autre ».

 

Communiqué de Presse

lundi 17 mars 2008

 

Conseil de l’Union européenne :

Cap sur l’environnement pour le Bilan de santé de la PAC !

 

 

Le Conseil de l’Union européenne « agriculture et pêche » se réunit aujourd’hui pour adopter ses conclusions sur le Bilan de santé de la PAC en réponse aux propositions de la Commission européenne de novembre 2007. La fédération France Nature Environnement (FNE), qui contribue de manière active aux Assises de l’agriculture menées par Michel Barnier, rappelle que ses attentes sont fortes pour que l’urgence environnementale soit mise au cœur de la Politique agricole commune.

 

Tout d’abord, FNE soutient l’idée - idée défendue par Michel Barnier et Nicolas Sarkozy - selon laquelle il faut saisir l’opportunité du bilan de santé de la PAC et de la Présidence française de l’Union européenne pour engager, dès cette année, une réflexion de fond sur l’avenir de la PAC après 2013.

 

L’environnement doit être mis au premier rang de ce bilan de santé qui ne peut se réduire à des questions économiques. Ainsi, la suppression des jachères, proposée par la Commission européenne, doit impérativement être compensée par la mise en place de zones de régulation écologique sur toutes les exploitations. Par ailleurs, un soutien fort à l’agriculture biologique est indispensable. Enfin, les moyens alloués aux mesures agro-environnementales doivent être renforcés.

 

Pour Jean-Claude Bévillard, chargé des questions agricoles à FNE « Le Grenelle de l’environnement a mis en évidence l’urgence qu’il y a à agir face à la chute de la biodiversité et aux changements climatiques qui s’annoncent. FNE compte sur le Ministre de l’agriculture pour replacer aujourd’hui ces impérieuses nécessités au centre du débat en défendant la réorientation des aides agricoles vers la rémunération des services environnementaux rendus par l’agriculture et la promotion d’une agriculture à Haute Valeur Environnementale 

 


Fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement
Reconnue d’utilité publique

Siège Social : 57, rue Cuvier –75231 Paris cedex 05 - http://www.fne.asso.fr